Resiliensa
Resiliensa

Pour une éducation respectueuse du fonctionnement humain

Les dernières avancées scientifiques en matière de neurosciences et psychologie ont mis en avant le fossé existant entre les apprentissages proposés par l’école d’aujourd’hui et la façon dont les êtres humains apprennent et s’épanouissent depuis toujours.

Devant ce constat, Céline Alvarez, auteure de « Les lois naturelles de l’enfant », décida de mener une expérience pédagogique dans une école de Gennevilliers, afin de valider et d’affiner ses travaux.

Les neurosciences ont établies que l’interaction de l’enfant avec  les adultes, ainsi qu’avec d’autres enfants (d’âges et de compétences  différentes) est le moteur de son développement, dès la naissance. L’accompagnement bienveillant et la présence attentive sont fondamentales.

enfant et taches menageres

Bien plus important que l’enseignement des connaissances, le développement des compétences exécutives est indispensable à l’apprentissage des plus jeunes. Voici les 3 compétences-socles de son intelligence:

Le contrôle inhibiteur : pour rester concentrer, apprendre à se contrôler,

La mémoire de travail : pour mémoriser consciemment des informations, organiser ses actions et retenir les consignes,

La flexibilité cognitive : pour réorganiser une action en cas d’erreur,  changer de stratégie sans se décourager .

De nombreuses études indiquent que ces compétences exécutives sont plus prédictives de réussite que le QI ! Il est donc très important de les développer pour chaque enfant, au moment dicté par la nature, soit entre 3 et 5 ans. La meilleure méthode étant d’encourager l’enfant à faire seul. Il devra alors focaliser son attention pour atteindre un objectif précis, planifier ses actions et rester flexible en cas d’erreur. Et comme il n’y a que lui qui, par sa propre activité, pourra construire son intelligence exécutive, l’adulte ne peut que l’encourager à faire lui-même les tâches qui lui sont accessibles, sans faire à sa place, sans le presser, dans un cadre sécurisé et bienveillant.

Pas besoin de jeux extraordinaires pour cela, juste les tâches du quotidien : mettre ses chaussures, boutonner sa veste, manger seul, dévisser une bouteille... Au contraire, les « faux » objets (jouets) ne permettent pas à l’enfant d’exercer ses compétences exécutives ! Ils ont besoin de la réalité, besoin de couper de vrais légumes, de balayer vraiment les miettes, de servir vraiment un verre d’eau. Nos enfants ont juste besoin de partager nos vies.

Mais pourquoi ces compétences exécutives sont-elles à ce point gage de succès ? Car les circuits cérébraux associés à ces fonctions nous permettent aussi de mieux gérer nos émotions et notre stress, de mieux comprendre les émotions des autres et donc de mieux résoudre les conflits relationnels, nous mettant dans un environnement social harmonieux. En développant sa flexibilité cognitive, l’enfant prend confiance en lui, en sa capacité à trouver des solutions, en son autonomie et devient persévérant.

Alors partageons notre quotidien avec nos touts petits, et offrons leur des moments d’échanges et d’encouragements plutôt que des jouets en plastique !

Pour aller plus loin :

« les lois naturelles de l’enfant », par Céline Alvarez   https://www.celinealvarez.org

livre Celine Alvarez

Education céline alvarez flexibilité cognitive compétences exécutives